Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 18:08

Tiré d’une publicité en 1890.

Néanmoins, ma grand-mère a utilisé le carbonate de soude vendu en cristaux

Nous pouvons même en acheter à notre époque dans les boutiques bio


Lessive à l’eau froide Inventeur J. Romain

Couper le pain par petits morceaux de la grosseur d'un haricot; ou si on emploie la lessive sous forme, de paquets granulés, en vider le contenu dans un demi litre d'eau bouillante; le laisser dissoudre, ce qui dure une ou deux minutes et verser cette liqueur dans un récipient quelconque .Y tremper le linge sans le mouiller ni l'essanger au préalable, et l'y laisser séjourner, selon la finesse ou la saleté du linge, de 6 à 12 heures, en général la nuit.

Dans quelques cas exceptionnels, lorsque notamment on a à. lessiver du gros linge de campagne, très rude, très dur et très sale, on peut même le laisser tremper jusqu'à 10 ou 18 heures. L'opération est alors terminée, et il ne restera plus qu'à le frotter dans la lessive même, sans employer ni brosse ni battoir, et sans ajouter aucun savon ni ingrédient étranger; bien rincer ensuite dans les conditions ordinaires, et à le passer au bleu si on veut.

Le linge apparaîtra alors très blanc, très beau, et la ménagère la plus méfiante et la plus soupçonneuse, parce que ces vieilles habitudes se trouveront bouleversées, sera cependant obligée de reconnaître qu'un produit qui, après plusieurs heures d'emploi, lui aura adouci la peau des mains mieux que le plus fin savon de toilette, est forcément inoffensif.

TACHES ANCIENNES,

Par cela même qu'elle ne contient. Aucun acide, la Lessive à l’eau froide n'enlève qu'incomplètement certaines taches anciennes et persistantes de sang, devin et de fruits. II faudra alors, connue, toujours, employer un peu d'eau de javelle. ^

Dans l'impossibilité de faire la lessive chez elles, bien des ménagères sont obligées
d'envoyer leur linge à l'étuve commune, qui n'est pas toujours la propreté commune, et de subir ainsi des contacts douteux et des mélanges suspects, rarement sans péril.

Chacun, en effet, sait aujourd'hui que l'eau est le principal véhiculatcur des principes morbides, et que la plupart des dangereux microbes qu'elle transporte ne peuvent être détruits que par une eau surchauffée à plus de cent degrés, ce qui n'existe dans aucune blanchisserie publique. En résumé, avec la « Lessive à l'eau froide », plus d'eau chaude, plus de feu, plus d'appareils, plus de surveillance et conservation parfaite du linge.

Nous avons des milliers d'attestations toutes aussi favorables que possible. Nous nous bornons à reproduire la lettre ci-dessous dont l'importance et l'autorité n'échapperont à personne.
Conservatoire des Arts et Métiers

Paris, le 10 juillet 1890.

MESSIEURS,

Je suis heureux de vous donner de suite connaissance du résultat de l'analyse du Savon que vous m'avez confié Sans avoir eu le besoin d'exécuter une analyse complète de la substance, il nous est permis d'affirmer que la Soude qui forme l'alcali du Savon, s'y trouve non pas à l'état Caustique, mais bien à l'état de Carbonate. Dans ces conditions P emploi en devient très avantageux en même temps qu'il évite au linge toute altération. C'est donc un résultat des plus favorables au point de vue chimique, et comme d'autre part vous avez reconnu ces avantage au point de vue pratique, on doit considérer te produit comme excellent. J'ajouterai que la lessive faite avec ce procédé est certainement plus propice à la conservation du linge et surtout des couleurs que celle faite avec les procédés des buanderies parisiennes, On se sert en effet dans ces
dernières de Carbonate de Potasse, tandis que l'inventeur de la Lessive à l'eau froide a très habilement, par un procédé à lui, remplacé ce dangereux agent par le Carbonate de Soude, base moins énergique, entièrement inoffensive et aussi efficace.
G. GAUTHIER, Ingénieur civil.

Vendu par:

Savonnerie et Parfumerie OGER, J. L’Empereur & Cie, Successeurs |
6, Boulevard de Strasbourg, PARIS.
Le pain de 250 grammes ; 40 centimes. 400 grammes ; 60 centimes.

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1890-1900
commenter cet article
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 09:11

ASILE DE MAISON-BLANCHE à Neuilly-sur-Marne (Seine-et-Oise).

Par délibération du 26 décembre 1895, le Conseil général a décidé la construction sur un emplacement dépendant du domaine de Ville-Évrard, d'un cinquième asile d'aliénés ; cet asile qui porte le nom de Maison-Blanche est par suite voisin de l'Asile de Ville-Evrard et possède les mêmes moyens de communication avec Paris.

L'Assemblée départementale, par délibération du 6 Juillet 1898, a affecté ce cinquième asile exclusivement aux femmes aliénées.

Les travaux ont été entrepris dès le commencement de 1896;la première partie de l'asile vient d'être achevée. Cette première partie comprend 14 pavillons de malades, les bâtiments des services généraux, le bâtiment d'administration et les pavillons pour le logement des médecins et du pharmacien. Le nombre de malades prévu pour le deuxième semestre de 1900 s'élève à 700, réparties en deux sections.

La deuxième partie, qui n'est pas encore commencée, comprendra une section pour les alcooliques, une seconde pour les hystériques et épileptiques; elle hospitalisera 500 malades, ce qui portera à 1.200 femmes le nombre des aliénées traitées dans l'établissement quand il sera complètement terminé. Les dépenses de personnel, de matériel et de charbon nécessitées par le fonctionnement de l'usine centrale sont supportées par les deux asiles de Ville-Evrard et de Maison-Blanche.
Le département de la Seine paie pour chaque journée de malade traitée à l'Asile de Maison-Blanche en 1900, un prix de 2 fr. 20 c.

Le Conseil général a voté le budget de l'Etablissement pour le deuxième semestre seulement de l'année de 1900 et l'a arrêté à Fr. 305.000

Quelques exemples de dépenses.
Personnel.
Traitement du Directeur 6.000 francs
Traitement des médecins, du chirurgien et du pharmacien, (soit 4 personnes) 10.100 Francs.

La différence de salaire est intéressante!!

Nourriture.

Pain 33.900 francs, Viande de boucherie 47.750 francs, Vin, cidre, bière 10.000 francs et des comestibles 31.616 francs
Divers  

Gratifications aux travailleurs 2.600 francs  

Distractions aux malades 750 francs
Avances aux aliénés sortants sur leur dépôt-patrimoine 250 francs

maison-blanche-1900-2.JPG 

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1900-1910
commenter cet article
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 09:09

Pendant longtemps, le service des aliénés a été confié à l' Assistance publique et était confondu avec les autres services de cette administration.

Le département de la Seine n'avait, que les quartiers spéciaux dépendant des hospices de Bicêtre et de la Salpêtrière ; les malades qui ne pouvaient y être conservés faute de place, étaient traités dans les asiles de province.

En 1860, l'administration préfectorale institua une commission spéciale chargée d'étudier les améliorations et les réformes à apporter au service des aliénés du département. Cette commission présenta un rapport dont les conclusions tendaient à la création d'asiles spéciaux pour les aliénés de la Seine et en première ligne à la construction d'un asile central placé à Paris, où seraient traités les cas de folie aigus et
récents et où serait organisé l'enseignement par la clinique ; à cet asile serait annexé un bureau d'admission pour l'examen et la répartition des aliénés ; ensuite devaient être créés des asiles situés hors Paris, à des distances permettant des rapports faciles entre les aliénés et leurs familles et construits de manière à recevoir les malades des deux sexes, à la condition d'une séparation absolue entre eux.


L'Asile-Clinique (Sainte-Anne)

1, Rue Cabanis, à Paris (XIVe Arrondissement).
Au premier janvier 1900, le bureau d'admission contenait 156 malades, 68 hommes et 88 femmes.

Situé à Paris, dans le quartier de la Santé ,l'Asile clinique a été édifié sur l‘emplacement d'une ferme appartenant aux hospices, la ferme Sainte-Anne, devenue une annexe de l'Hospice de Bicêtre et où le docteur Ferrus, alors médecin du quartier
des aliénés de cet hospice, occupait à des travaux agricoles un certain nombre de malades.

BUREAU D'ADMISSION
C'est au bureau d'admission que sont conduits tous les aliénés placés d'office par arrêté de M. le Préfet de Police ; ils ont été l'objet d'un premier examen à l'infirmerie spéciale et, après un nouvel examen, le médecin en chef de l'admission les répartit dans les autres services de l'asile ou les. désigne pour être envoyés dans les asiles
suburbains : Vaucluse, Ville-Evrard, Villejuif et Maison-Blanche, ou dans les quartiers d'hospice de Bicêtre (hommes) et de la Salpêtrière (femmes).
Le service médical est confié à M. le docteur Magnan, médecin en chef, assisté de deux élèves internes, l'un pour les hommes, l'autre pour les femmes. Un interne en pharmacie est attaché spécialement au bureau d'admission.

 

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1900-1910
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 13:35

Ce que j'aime dans la publicité, les idées ,l'art de nous vendre des choses inutiles et nous arnaquer.

 

pub-1908-1.JPG

ET voilà cette jolie boule de poil

pub-1908-2.JPG

pub-1908-3.JPG

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1900-1910
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 11:48

Consommation et budget concernant les denrées alimentaires, chauffage et éclairage d’une famille de 4 personnes Monsieur étant charpentier à Paris, Madame, sans profession et les 2 enfants en 1904

Il gagne 8 francs par jour.

Son budget annuel hors loyer s’élève à 1000 frs environ 3 francs par jour.

Il a détaillé ses consommations annuelles.

Beaucoup de pain, du vin, de la viande et des patates!

Pas de légumes frais ni fruits cité dans cette étude

Les prix sont variables entre l’épicerie de détail, les coopératives et l’économat , j’ai pris une moyenne.

denrees-1904.JPG

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1900-1910
commenter cet article
25 novembre 2010 4 25 /11 /novembre /2010 09:50

D’après les statistiques écrites de 1850 à 1910

Les loyers parisiens n’ont pas évolué de 1850 à 1910

Le locataire 1910 est logé à peu prés comme en 1850, mais il jouit des installations comme l’eau et l’éclairage.

Dans beaucoup d’immeubles parisiens, il y a 4 catégories

Loyers annuels

Loyers de moins de 100 francs: 1 pièce avec vestibule

Loyers de 101 à 250 francs: 2 pièces avec vestibule avec coin poêle

Loyers de 250 à 500 francs: 2 à 5 pièces avec vestibule et cuisine

Loyers de 500 à 1000 francs: 5 à 6 pièces avec vestibule et cuisine

Les loyers peuvent aller jusqu’à 2000 francs , et sont considérés comme appartement bourgeois la tranche 500 à 2000 francs annuels.

Les charges d’eau et d’éclairage sont en plus et les impôts locaux n’oublient pas le nombre de portes et de fenêtres dans leur calcul

Revenus annuels des familles (statistiques période 1890-1910)

1200 à 1500 francs très faible

1500 à 1800 francs faible

1800 à 2000 francs moyen

2200 à 2500 francs élevé

> à 2500 francs très élevé

Exemples de salaire à Paris (1890-1910)

(En province le salaire est divisé par 2)

Journalier, ouvrier de petites industries Revenu très faible (4 à 5 francs par jour)

Charpentier Revenu élevé (8 francs par jour)

Exemple d’un loyer à 130 francs annuel

Un ouvrier gagnant 4 francs par jour vit avec sa femme et ses 6 enfants

Il habite au rez de chaussé d’un vieil immeuble de 2 étages. Une pièce de 6 m2

Avec fenêtre et coin cuisine, et une autre pièce de 4 m2 contenant un poêle et fenêtre sur cour.

Les cabinets d’aisances sont communs et sans chasse d’eau.

Le tout dans une atmosphère humide, le tout couronné d’une odeur de moisi.

Le règlement de la ville de Paris exige 16 m3 d’air par personne pour lutter contre la prolifération des cas de tuberculoses. 7 m3 par personne pour cette famille.

Ces familles sont souvent expulsées à cause de problèmes d’insalubrité et sont bien souvent obligées de vivre à l’hôtel pour 5 francs par semaine.

Cela me rappelle quelque chose d’actuel, malheureusement

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1900-1910
commenter cet article
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 18:39

 

 

 

 

 

 

 

Si interessés par des ancetres cheminots

Article destiné à Isabelle, ma soeur pour information et écriture de notre livre

Néanmoins, ces infos peuvent servir à d'autres, conducteurs de TGV!! votre passé au niveau horaire, est-il différent?

 

Tiré du : Recueil de la législation des chemins de fer d'intérêt général, par Adrien Godet,...Éditeur : A. Rousseau (Paris) Date d'édition : 1903

 

 

ARRÊTÉ DU, MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS DU 4 NOVEMBRE 1899

 Modifié par l'arrêté du 20 mai 1902, sur la durée du travail et des repos des mécaniciens et des chauffeurs.

Art. 1er.

Sur les réseaux ci-dessus désignés, (Compagnie du chemin de fer de l’Est et les autres ) la durée du travail et des repos des mécaniciens et chauffeurs est régie par les dispositions suivantes.
Art. 2.

La journée de travail doit contenir, en moyenne, dix heures de travail effectif au plus et dix heures de grand repos au moins, de telle sorte que dix jours consécutifs quelconques d'un roulement, comptés de minuit à minuit, ne contiennent pas plus de cent heures de travail effectif et renferment un total de grands repos au moins égal à cent heures. Chaque période de. Travail doit être comprise entre deux grands repos, séparés par un intervalle d'au plus dix-sept heures, el ne pas contenir plus de douze heures de travail effectif.

Art. 3.

Sont seuls considérés comme grands repos ceux ayant une durée ininterrompue de dix heures au moins à la résidence de l'agent el de sept heures au moins hors de la résidence
Il ne peut y avoir plus de deux grands repos consécutifs inférieurs à dix heures, et. la durée totale de deux grands repos consécutifs quelconques doit être de dix-sept heures au moins..Tous les dix jours en moyenne, il doit y avoir à la résidence un grand repos de trente heures au moins ; l'intervalle entre deux de ces repos consécutifs ne peut être supérieur à vingt jours. Durant ces grands repos, les agents sont dispensés de
tout service et peuvent s'absenter de leur résidence. Ces jours de repos ne sont comptés que pour dix heures dans le calcul de la moyenne décadaire fixée à l'article 2.
Pour les agents dont le service ne comporte pas de découchers hors de la résidence, la durée des grands repos ci dessus définis peut être réduite à vingt-quatre heures el le nombre en pourra être réduit à un par quinzaine en moyenne.

Art. 4.

On compte comme travail effectif tout le temps pendant lequel les agents sont tenus de rester sur leur machine ou de ne pas s'en éloigner, ou ont un travail quelconque à effectuer dans les gares, dépôts et ateliers. Les laps de temps alloués pour les opérations que les mécaniciens et chauffeurs peuvent avoir à effectuer avant le départ ou après l'arrivée sont, pour chaque train, indiqués sur les roulements. Lorsque l'intervalle entre l'arrivée d'un train et le départ du suivant ne dépasse pas une heure et demie, cet intervalle est compté entièrement comme travail.
En ce qui concerne les réserves, les périodes pendant lesquelles les agents ont un travail, quelconque à effectuer sont comptées comme travail effectif ; celles pendant lesquelles les agents restent inoccupés au dépôt, à disposition, peuvent être considérées comme des repos, mais elles sont comptées pour un quart  leur durée dans le calcul de la durée décadaire du travail effectif fixée à l'article-2. Les périodes de réserve à la résidence intercalées dans le service des trains, sont précédées, comme es périodes de travail effectif, d'un grand repos pris au
domicile.

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1900-1910
commenter cet article
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 13:46

Il existait donc des cours de cuisine fin 19 ème siècle pour les maitresses de maison, mais à 2 francs le cours, sachant que le salaire journalier moyen est de 3 francs pour la majeure partie des femmes!!

Le boum des cours de cuisine à l’heure actuelle est loin d’être donné aussi.

 

Les cuisinières

D’après M. Tulou dans un guide pour le choix d’une profession édité en 1894

A Paris

Les grands hôtels et les restaurants ont de préférence recours aux hommes.
Ce métier est très fatigant et exige une santé robuste, car les cuisiniers et les cuisinières sont forcés de rester debout pendant de longues journées devant un feu ardent et dans une atmosphère souvent étouffante.

11 est bon qu'une cuisinière ait au moins une instruction élémentaire qui lui permette de tenir d'une façon nette les comptes de la cuisine. Quelques notions de dessin d'ornement sont aussi très utiles pour celles qui veulent se perfectionner
et s'occuper un peu de pâtisserie.
Un apprentissage de dix-huit mois à deux ans est nécessaire aux jeunes filles qui veulent devenir de bonnes cuisinières. 11 va sans dire qu'il faut, en outre, qu'elles aient le goût du métier.

A Paris l'apprentissage se fait souvent dans les cuisines des cercles. Les apprenties paient de 25 à 40 francs par mois. Des écoles spéciales de cuisine existent à Paris.
L'une d'elles :

L’ École professionnelle de cuisine et des sciences alimentaires,

installée 6, rue Bonaparte, reçoit une subvention de l'État. Les cours comprennent un enseignement gratuit pour dames, divisé en deux sections.

La première, qui est gratuite, est ouverte les lundis, à trois heures ;la seconde, a lieu les mercredis et vendredis, à trois heures. On y paie 1 franc le cachet.

Une seconde école professionnelle de cuisine est ouverte 50, rue de Bellechasse.

Elle est entièrement réservée aux dames et donne trois séries de cours

l° des cours gratuits, le soir, de huit heures à dix heures et demie;

2° des cours de cuisine bourgeoise et ménagère, où l'on paie une rétribution de 75 francs pour quinze jours et de 125 francs pour un mois, nourriture comprise.

Un diplôme est délivré après examen aux élèves de ce cours;

3° des cours à l'usage de maitresses de maisons, où le cachet est de 2 francs.

Les gages des cuisinières sont excessivement variés. A Paris, elles gagnent généralement de 60 à 100 francs par mois. dans les bonnes maisons.

Grâce aux remises des fournisseurs, beaucoup trouvent aussi le moyen d'augmenter considérablement leurs gages, et souvent d'une manière illicite.
Nous ne les donnerons pas comme exemple. (fin de son article)

les cuisinières sont surtout employées dans les maisons bourgeoises ; 

 

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1890-1900
commenter cet article
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 09:06

1905

Ecole maternelle parisienne ; section de trois à cinq ans.

 

Il y a 50 enfants!! 6 jours sur 7

 

 

Une journée de classe racontée par une inspectrice des écoles

 

IL est neuf heures.

Une femme de service se poste près des privés et les enfants y passent les uns
Puis les enfants entrent au préau, sans frapper du pied, sans chanter, tranquillement, en ordre, Ils s'avancent jusqu'au lavabo; là, ils passent devant la directrice, montrent leurs mains, le mouchoir; ceux qui ne sont pas propres sont envoyés au lavabo, après qu'une femme de service leur a enlevé le capuchon et le manteau qu'ils vont suspendre eux-mêmes à une patère,

Neuf heures trente-cinq.

Les enfants sont assis, et alors commence une leçon qu'ils écoutent volontiers

Comment les petites filles disent bonjour, comment les garçons saluent; la leçon se fait très les enfants qui ont le mieux écouté, viennent à tour de rôle saluer.

De neuf heures cinquante à dùv heures.

L'institutrice, distribue quelques cartons de forme rectangulaire et de couleurs
différentes. Un dessin fait d'avance, et tracé en craie de couleur au tableau noir, est décrit aux enfants. Avant que l'explication soit finie, déjà quelques-uns ont tenté d'imiter ce qu'on leur montre.

les enfants sont autorisés à garder les cartons dont ils se sont servis, à condition de les mettre dans le sac à jouets que chacun possède.


De dix heures à dix heures et demie.

Les enfants ont repris leurs vêtements, et, chaudement enveloppés, ils se livrent dans la cour aux ébats qui leur plaisent après avoir passé naturellement par les W.-C, dont l'accès leur est permis sous la surveillance de la femme de service, qui reste là en permanence


A dix heures trente-cinq.

chant et mouvements, travail manuel ,jeux

A onze heures vingt,

on quitte la classe en chantant et on se prépare pour la sortie.
les rangs se forment pour la sortie, et un certain nombre d'enfants se rangent sous là conduite d'une institutrice, qui les ramènera le plus près possible de la demeure de leurs parents et surtout qui leur fera traverser les voies difficiles. Un autre groupe est installé sur des bancs : ce sont les enfants qui attendent que les parents viennent les chercher.

Enfin un troisième groupe s'avance : ce sont les enfants qui prennent leur repas à l'école. Ils vont d'abord faire un tour de cour; puis, bien en ordre, ils rentrent au préau et viennent se placer devant le lavabo près duquel se tiennent la directrice et une des femmes de service. Chaque enfant se frotte d'abord les mains dans l'eau, puis
d'un geste rapide renverse la cuvette que la femme de service emplit d'eau fraîche; alors les petites mains bien propres sont passées sur le visage et font l'office d'épongé. Aussitôt, demi-tour sur soi-même, et chaque enfant reçoit un morceau de tissu blanc, proprement ourlé, avec lequel il s'essuie d'abord le visage, puis les mains ; ce linge
est ensuite jeté dans un seau, et l'enfant prend en échange un petit rectangle en carton plus petit qu'une correspondance d'omnibus destiné à servir au nettoyage des ongles : ainsi les aliments ne seront pas souillés par la poussière.

Le service de midi.

L'institutrice doit non seulement veiller à ce que l'enfant se tienne bien, à ce qu'il mange proprement, mais plus encore à la qualité, à la quantité des aliments qu'il doit absorber; elle veillera à ce qu'il ne quitte pas sa place sans avoir, par paresse ou par manque d'appétit, consommé la plus grande partie de ses aliments, pour être
suffisamment nourri. La santé, le développement physique et intellectuel d'un enfant, dépendent de sa nutrition; l'institutrice ne peut pas s'en désintéresser.

Une heure

La cloche sonne;
Même rituel que celui du matin concernant l’hygiène avant de rentrer en classe


Une heure et demie.

Chants, exercices de langage, Apprentissage de l’heure, jeux

Deux heures et demie.

Récréation libre sous les yeux d'une institutrice.

Trois heures à quatre heures

Travail manuel, chant et mouvement


Quatre heures

Les enfants sortent calmement


Dans cette classe on avait lu, écrit et compté le matin, contrairement aux consignes de la circulaire du 22 février 1905.

Le personnel est à son poste, les enfants défilent dans la cour;

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1900-1910
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 15:27

Menus pour enfants de 3 à 5 ans fréquentant une maternelle de Paris XX ème en 1905

De la soupe tous les jours !!, 2 sortes de viande et peu de desserts.

Ecole samedi toute la journée

Mais au moins, les enfants pauvres mangeaient correctement 1 fois par jour.

 

 

 

 

Lundi,

Soupe aux poireaux et aux pommes de terre.
Rôti de mouton haché. Pommes nouvelles.


Mardi

Soupe à l'oseille et à la semoule de riz.
Rôti de mouton haché. Macaroni au fromage.


Mercredi

Soupe à l'oignon et aux haricots.
Rôti de veau haché. Purée de haricots blancs.


Jeudi.

Soupe aux poireaux et aux pommes de terre.

Rôti de veau haché. Omelette.


Vendredi

Soupe aux légumes (Julienne).
Rôti de mouton haché. Epinards au jus.


Samedi

Soupe à l'oseille et aux pommes de terre.
Rôti de mouton haché.
Riz au lait très sucré, gâteaux.

Lundi

Soupe aux poireaux et aux pommes de terre.
Rôti de veau haché. Purée de pommes de terre.


Mardi

Soupe à l'oseille et à la semoule de riz.
Rôti de veau haché. Macaroni au fromage.

Mercredi

Soupe ù l'oignon et aux haricots.
Rôti de mouton haché. Purée do haricots blancs.


Jeudi

Soupe aux poireaux et aux pommes de terre.
Rôti de mouton haché.
Riz au lait et aux œufs.


Vendredi

Soupe aux légumes (Julienne).
Rôti de veau haché. Epinards au jus.


Samedi

Soupe à l'oseille et aux pommes de terre.
Rôti de veau haché. Pomme de terre à la sauce blanche et au lait

Fruits cuits

etc….

 

J’imagine la tête de nos chers petits en voyant de la soupe à la cantine!!!! 

 

 

 

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1900-1910
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ancetres-metiers-conditions.over-blog.com
  • : Métiers ignorés, oubliés. Conditions de vie début 1900. A force de me documenter pour la généalogie , j'ai eu envie de partager mes découvertes sur la vie de nos ancêtres
  • Contact

Compteur

Recherche

Catégories