Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 18:05


Les beignets dorés, soufflés, saupoudrés de sucre, croustillants et légers! Ce n'est pas leur véritable dénomination ancienne. Pendant tout le moyen-âge ce sont des bignets, de notre vieux mot bigne, qui signifie: enflure, tumeur, grosseur, parce que les bignets sont enflés et soufflés. C'est un peu, nous dit Ménage dans son Dictionnaire étymologique, le sens de big en anglais et de beigne dans le vieux patois normand.« Coller une beigne, c'est un peu coller un beignet », mais avec moins d'agrément! En Picardie, pour la même raison, les bignets s'appelaient souvent des bingues. C'est le mot dont usent les statuts des Boulangers d'Abbeville quand ils disent, « qu'ils doivent faire des bingues en même temps que leur « fournée de pain ».

Est-il besoin d'ajouter que jadis les beignets consistaient en une pâte frite, mais enveloppant mille denrées diverses. C'est le Bignet au fromage, dont Joinville, parle à son entrée en Egypte. « Les mets que lui « servirent les Orientaux, dit-il, furent des beignes de
« fromages, cuites au soleil. » C'est le Beignet de moelle de bœuf, une friandise très goûtée du moyen-âge, dont on trouve la recette dans le Ménagier de Paris, dans le Viandier de Taillevent, dans le Cuisinier français de La Varenne, qui, en 1769, cite avec les Beignets au fromage, les Beignets de fonds d'artichaut « enveloppés par une pâte de farine, d'œufs, de « sel, de lait, frite dans le saindoux chaud ». La science du maître d'hôtel vous fera connaître encore bien d'autres sortes de beignets : les Bignettes en marmelade, les bignets de sureau, de vigne tendre et puis mainte bignets de fruits, de pèches, de fraises, d'abricots, de pistaches, les Beignets à la Suisse faits avec du gruyère caché dans la pâte. Encore aujourd'hui, le maître de la cuisine moderne, Richardin, dans son Art de bien manger, vous indiquera à côté des beignets d'abricots, de mirabelles, d'oranges, les beignets à la crème glaces, qui consistent en'une sorte de crème frite, coupée en losanges et relevée de citron vert; les beignets de fraises et bien d'autres. Sans compter les beig
nets à l'oignon, à la carotte, au carton, à la filasse
qui sont des attrapes pour... les gourmands.

Mais le vrai beignet classique est le Beignet aux pommes. Olivier de Serres le proclame. « La pomme, dit-il, s'accommode très bien de tartelage, beignets et semblables gentillesses de cuisine. » Le Pâtissier français, publié chez Oudet à Troyes, en 1753, ajoute que quand la pâte élastique est préparée toujours accompagnée de vin blanc on doit y jeter les rondelles de pommes. « Vous pouvez y ajouter, dit-il, de la  pomme coupée par tranches ou de l'écorce de citron, « qui soit coupée et râpée en petits morceaux. Dès « qu'ils sont cuits, tirez-les hors de la poêle, puis les « mettez dans une écuelle, les poudrez de sucre et les « arrosez de quelques gouttes d'eau-de-vie ou de fleur « d'oranger. » Aujourd'hui, on vous dirait, arrosez d'un peu de bon vieux cognac ou de rhum, et servez chaud!

A Rouen même, les beignets à toutes les époques ont été en grand honneur. On en a la preuve par certaines redevances bizarres, comme celle bien connue de L'Oyson bridé, quand les religieux de Saint-Ouen devaient, précédés de violoneux, aller offrir deux grands plats remplis de beignets croustillants aux meuniers de la ville du Grand Moulin. Et quand on supprima cette étrange cérémonie, on doubla la redevance qui fut dès lors de quatre plats de beignets aux
pommes I

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans Mots français
commenter cet article
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 18:01

robe-1903-d-apres-midi.JPG

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans mode
commenter cet article
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 18:00

robe-1917-mariee.JPG

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans mode
commenter cet article
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 18:45

nos crêpes actuelles ont évoluées!!!!

 

Du reste, dès la fin du XIV ème siècle, cet usage constant des crêpes se retrouve dans les plus anciens livres de recettes culinaires françaises. Lisez, par exemple Le Ménagier de Paris Prenez de la fleur de farine et détrempez-la  d'oeufs, tant moyeux comme aubuns. Ostez le germe  et mettez-y sel et du vin et battez longuement ensemble, puis mettez du saindoux sur le feu, en une  petite paëlle de fer, ou moitié saindoux ou moitié  beurre frais et faites fremier (frire).
« Et  aiez une escuelle, percée d'un permis  gros comme petit doigt,  mettez de cette bouillie dedans l'escuelle, en commençant au milieu,  et laissez filer tout autour de la paëlle. Faites-la cuire, sauter et retourner. Puis mettez en un plat et de la poudre de sucre dessus. Et que la paëlle dessus dite  de fer ou d'airain tienne trois chopines et ait le bord  demy doigt de hault et soit aussi large au-dessus comme en bas, ne plus ne moins et pour cause .

Les moyeux, ce sont les jaunes d'oeuf et dans le patois de la vallée d'Yères, on se sert encore du mot moyau, pour désigner la même partie. Les aubuns ce sont des blancs. Le Ménagier donne encore une autre recette pour faire les crêpés, qu'il appelle à la guise de Tournay. C'est à peu près le même mélange, ce qu'on appelait jadis et encore dans la cuisine française, le
même appareil. Aux oeufs battus et mélangés, on ajoute de la fleur de froment et surtout un quart de vin tiède. La pâte ne doit être « ni clère ni espoisse  ; on  la met dans une écuelle puis on gresse la paëlle en  tournant Et que l'on batte toujours vostre paste  sans cesser pour faire des austres crespes. Et icelle crespe qui est en la paëlle, convient sous lever avec une brochette ou une fourchette et tourner ce dessus
 dessous pour cuire, puis oster, mettre en un plat et  commencer à l'autre. Et que l'on mouve et batte la  paste sans cesser .


Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans recettes
commenter cet article
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 20:04

robe-1930-fillette-copie-1.JPG

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans mode
commenter cet article
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 20:10

Anecdote dans un livre édité en 1886

Le Millionnaire n’a pas de nom, tant pis pour la généalogie, si quelqu’un…

Moi, ce qui m’épate, toujours de l’arnaque , mais toujours des gens qui pourront manger

  

Vers sept heures du matin, du faubourg Saint- Martin à la Bastille, on entendait retentir le son
d'une grosse cloché, et l'écho répétait ce cri; J'vais m'en allais ! j'vais m'en allais!

C'était le Millionnaire. Invariablement, été comme hiver, coiffé d'un chapeau haut de forme,
vêtu d'une redingote noire, un lambeau de toile bleue lui ceignait la taille, remplissant l'office tablier chaussé de sabots rouges comme ceux que portent les garçons bouchers, il traînait une voiture sur laquelle flottait un superbe drapeau tricolore tenu par une gigantesque main de carton au-dessous de laquelle étaient écrits ces mots : Rassis toujours frais.

Sa voiture était remplie d'une quantité de brioches, de pains au beurre, de cornes et de petits
pains de toute nature, gruau, seigle, etc., etc., tout fumants et abrités par une couverture de
laine qui conservait la chaleur.

Voici l'explication de ces deux expressions :
Rassis toujours frais, qui paraissent la négation
l'une de l'autre
Le Millionnaire, ancien garçon boulanger, avait .remarqué-que les boulangers qui fournissaient les petits pains aux restaurateurs les leur reprenaient le lendemain, s'ils ne les avaient pas écoulés ; ils subissaient ainsi une certaine porte, ne pouvant les vendre que pour parfaire le poids du gros pain. C'étaient des rassis, et la pratique ne veut que du tendre.

Il passa des marchés avec les boulangers, à qui il racheta les stocks de petits pains invendus à un prix très inférieur, puis il fit établir des fours spéciaux dans lesquels, le lendemain, il travaillait les rassis, qui devenaient frais. Il gagna une énorme fortune; il avait trois maisons sur le pavé de Paris, mais n'abandonnait pas pour cela le métier qui l'avait enrichi.

Il mourut d'une attaque d'apoplexie en criant: "J'vais m'en allais ! Cette fois, il s'en allait pour
tout de bon.


Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1800-1900
commenter cet article
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 18:55

Pour une belle pagaille, il convient de constater que la hausse des tarifs du métro
et des autobus a créé une belle pagaille. Tout le monde y a mis du sien pour la rendre totale et définitive, aussi bien l'administration que le public.

Le public, qui s'est" imaginé que les tickets, étaient autant de kilos de sucre ou de paquets de cigarettes et qui en avait des collections impressionnantes.

L'administration, eu se refusant, avant le jour fatidique, à autoriser ses guichets à
faire l'échange des anciens contre les nouveaux. Un de nos amis qui avait prévu
le coup,  point d'ailleurs n'était besoin d'être prophète,  se. vit objecter au terminus de Charenton-Ecoles la consigne formelle donnée au contrôleur, qui d'ailleurs n'avait peut-être pas encore, reçu les tickets nouveaux.

Et le lendemain, ce fut la queue forcenée, s'allongeant à chaque minute, des voyageurs sollicitant des suppléments. Tout est si bien que, pour un voyage en métro de dix minutes, il fallait près d'une heure, avant d'échanger ses quatre sous contre le petit papier blanc compensateur.

Mais au fait, le jour initial des nouveaux tarifs, c'était... le 1 avril 1943, une bonne blague était jouée aux Parisiens.

Sympa comme blague !!! surtout à ce moment là……..


Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1940-1950
commenter cet article
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 18:53

publicite-savon-dentifrice-dans-journal-1918.JPG

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans publicité
commenter cet article
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 11:42

c'est bientôt la rentrée des classes!!

Dans un catalogue 1898:

LES FILS D'EMILE DEYROLLE
PARIS 46, rue du bac
Mobilier scolaire ENSEIGNEMENTS MATERNEL, PRIMAIRE SECONDAIRE ET SUPÉRIEUR
Septembre 1898

Nos différents types de tables en six grandeurs répondant aux normes fixées par le règlement officiel.

1 et 2 se font pour les Écoles Maternelles.  3 pour enfants de  6 ans, lm20 à lm3o 4  de 7 à 9 ans 1m36 à lm50  5 de 10 à 14  1m50 et au-dessus 6 -de 18 et au-dessus. lm65 et au-dessus  

 
Les. Numéros 3-4-5 sont également employés dans les classes élémentaires des lycées et collèges. Les âges correspondant aux tailles sont très approximatifs, nous conseillons de se baser principalement sur les tailles pour choisir les Numéros des tables.

Le dessus des tables est noirci et ciré, les coins sont arrondis, le reste des boiseries est teinté couleur vieux chêne ou laissé bois naturel.
Toutes nos tables, sauf les nos 1 et 2, sont livrées avec des encriers en porcelaine émaillée, les encriers d'autres formats ou d'autres genres, en verre, en plomb, etc.,  couvercle cuivre, tournant. , nickelé, à charnière  : inversable dans godet en bois.  couvercles à charnières 

Fabriquant dans notre usine {visible avec carte d'entrée demandée quelques jours à l'avance) avec un outillage perfectionné, nous sommes à même de fournir le Mobilier et le Matériel scolaires dans des conditions exceptionnellement avantageuses tant comme' solidité que comme prix. Les modèles de tables; et de bancs, avec pieds en fer forgé, que nous recommandons particulièrement, sont le type B pour les écoles de garçons, et le type K pour les écoles de filles. Depuis bien des années nous construisons les  modèles fer et bois ; nous avons acquis l'assurance que cette construction offre dé bien plus grands avantages que les modèles tout en bois, car, dès que les assemblages en bois ont pris un peu de jeu, ce qui ne peut manquer d'arriver au bout de quelques années,-même avec les bois les plus secs, les tables n’offrent  plus la résistance voulue; tandis que les modèles , fer et bois, que nous construisons, peuvent toujours être consolidés, et remis à l'état de neuf en serrant d'une façon raisonnée les boulons et autres vis servant à l'assemblage ; nos clients ne devront donc jamais hésiter à nous demander conseil sur ce sujet..
Suivant le budget dont disposerait l'établissement, nous pouvons modifier les essences des bois entrant dans la construction de nos tables,- et en rendre ainsi : l'acquisition accessible à toutes les municipalités, même à celles disposant de  faibles crédits.

bureau-1898.JPGtable-du-maitre-1898.JPG

 

tableau-ardoise.JPGencrier 1898

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1800-1900
commenter cet article
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 19:51

Photographie sur peau.

Sait-on quelle est la grande mode en ce moment à Bucharest? Non, sans doute, car il
s'agit d'une mode encore toute récente, si nous en croyons les journaux mondains viennois.

Cela s'appelle le tatouage photographique, et cela consiste à se faire imprimer sur les
bras, sur la poitrine, voire aussi dans le dos, le portrait de sa femme, de ses enfants ou le
sien propre, au moyen d'un procédé chimique.
L'opération est assez longue. Il faut d'abord épiler soigneusement la partie du corps sur
laquelle oh veut imprimer le portrait. Puis cette partie est enduite d'une couche très lé-
gère d'un produit spécial qui est aussi sensible que du papier photographique. On obtient,
grâce à cette composition, un tatouage inaltérable et d'une extrême netteté, aussi bien pour
le portrait que pour le paysage « sur peau ».
Beaucoup de grandes dames et quelques messieurs très snobs se sont déjà soumis à l'opération, qui dure de trois à quatre heures et coûte de 250 à 300 francs... Une bagatelle!

Article tiré du petit photographe 1902

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1900-1910
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de ancetres-metiers-conditions.over-blog.com
  • : Métiers ignorés, oubliés. Conditions de vie début 1900. A force de me documenter pour la généalogie , j'ai eu envie de partager mes découvertes sur la vie de nos ancêtres
  • Contact

Compteur

Recherche

Catégories