Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 10:11

BOURG ET FORT DE VINCENNES.
Décrit en 1850
A 7 kilomètres de la barrière sont situés le joli bourg et le château fort de Vincennes. Vincennes est chef-lieu de canton, et ressort, comme Saint-Mandé, de 'arrondissement de Sceaux ; sa population est de 5,924 habitants, non compris la garnison

Les naturels du pays sont des cultivateurs, toujours plus ou moins en antipathie avec les naturels de Monlreuil-aux-Pêches» Ils se sont souvent querellés, et même il leur est arrivé d'en venir aux mains, parce que ces derniers interceptaient le cours des eaux dont ils avaient d'abondantes sources à leur disposition.
A Vincennes il y a peu de bourgeois dans l'aisance, en revanche on y compte bon nombre de militaires retraités, qui, pour entendre encore le canon et la trompette, sont venus se fixer là avec leurs familles. Ceux-là ne craignent pas pour leur vénérable moitié ou pour leur progéniture féminine la rencontre d'un uniforme ou d'une moustache quelque peu entreprenante. C'est la présence de la garnison qui, aux yeux de la bourgeoisie opulente et par trop pudibonde, a dépoétisé les délicieux ombrages du bois de Vincennes. Elle a fui le tambour, les bruyants exercices et l'odeur de la poudre. Les grandes industries se sont aussi prudemment tenues à l'écart ; de telle sorte qu'à Vincennes, il n'y a que les cultivateurs, primitives dynasties de l'endroit, se perpétuant de père en fils dans la même fonction sociale (la production des asperges, des petits pois, de la framboise, des fraises ananas, du cassis, de la groseille et de la violette), puis quelques minces bourgeois intrépidement casaniers, des rentiers tout aussi sédentaires, d'anciens officiers et sous-officiers pensionnés, et pas mal de
boutiquiers, épiciers, marchands de vins, cabaretiers, traiteurs, limonadiers, elc, vivant de leur clientèle militaire et de celle des nombreux visiteurs qu'elle procure à leur localité. A Vincennes les moeurs générales sont celles d'une place de guerre, pas de pruderie et propos lestes, c'est la manière et le ton de l'endroit; toutefois les filles des cultivateurs se sentent peu d'inclination pour le soldat, fût-il le premier bombardier de France. Une faute, deux fautes, avec un garçon, ou même deux garçons du pays, cela se pardonne; une œillade à un troupier, portât-il l'épaulette d'or, il faut moins que cela pour être à jamais perdu de réputation. Tous les garçons jetteraient la pierre et le mépris à la malheureuse qui oublierait à ce point qu'elle se doit toute à sa caste et qu'il lui est interdit d'en sortir. A Fontenay-sous-Bois, à Montreuil et dans tous les environs, les villageoises doivent se prescrire la même retenue.

Partager cet article

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1800-1900
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de ancetres-metiers-conditions.over-blog.com
  • : Métiers ignorés, oubliés. Conditions de vie début 1900. A force de me documenter pour la généalogie , j'ai eu envie de partager mes découvertes sur la vie de nos ancêtres
  • Contact

Compteur

Recherche

Catégories