Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 11:10

On s'y croirait 


  EN ROUTE POUR LA CAMPAGNE
La cohue encombre les trottoirs et les salles du rez-de-chaussée de la gare de Vincennes. Le magnifique dimanche de fin de juillet chasse des alvéoles habituelles les gens forcément cloîtrés pendant la semaine et qui ne connaissent guère l'Océan que par les affiches des compagnies de chemins de fer, complices des inventeurs de plages.

De grands placards annoncent des régates, des joutes, des feux d'artifice et des bals quasi-champêtres dans les villages égrenés au bord de la Marne.

Chaud et poussiéreux, un air de fête s'engouffre par les baies entr'ouvertes. Les fiacres, les omnibus spéciaux, les chars à bancs, les voitures d'industriels du faubourg Antoine, les tandems et les bicyclettes grossissent de leur contingent les interminables queues des guichets. Des cris, des appels, des exclamations dominent les chuchotements des rencontres concertées.

Des femmes suant sang et eau, accourent, soulevant des paniers bourrés de provisions de bouche. De nouveaux mariés, pomponnés, gênés aux entournures, quittent précipitamment les gens de la noce de la veille, gouailleurs et tenaces. Des boutiquiers en pantalons blancs, armés d'un faisceau de cannes à pêche, se démènent, gestes excessifs, paroles brusques, discutant avec leurs épouses.

voici qu'un régiment de bonnes et d'enfants s'éparpille dans ce monde et que de grands diables de jeunes gens aux chapeaux de paille à paratonnerre, reprenant, sous le péristyle, leurs allures déhanchées de l'autre dimanche, mettent dans la bousculade la note canotière spéciale à cet... embarcadère.

Plaintes de gamins grommelant qu'on les pousse; aboiements de chiens sur les pattes desquels on marche ; malices de femmes se faufilant avant leur tour.

On finit tout de même par obtenir son billet. Ascension, empilement dans les salles d'attente.
Les écluses s'ouvrent. Le flot, remué de bouillonnements, s'étale sur le quai, envahit les voitures. Les derniers venus, rebondissant d'un compartiment à l'autre, se casent malaisément. Les facteurs de la gare poussent sur l'asphalte les voitures d'enfants et les chariots pleins de bagages

 

Coup de sifflet du départ,

Joie ! délice  des vagabondages de banlieue!...
C'est Paris quittant Paris, allant s'éparpiller sur toutes les pelouses, dans tous les buissons.


Tenez ! Entre les étendards de linge séchant au soleil, quelles postures ils osent, sans gêne, cyniques d'enlacements, ces ouvriers en casquettes, ces ménagères en caracos, garnissant les fenêtres (Jamais ils ne se lasseront de voir ainsi filer les trains).


Les Quinze-Vingts disparaissent.
Puis, s'allongent de grands chantiers de bois, des perspectives de toits de zinc, des scieries mécaniques, des habitations de toutes formes et de toutes couleurs, des champs de maraîchers où s'alignent en rangs d'oignons salades et artichauts, où les châssis et les cloches de verre envoient, des lueurs brusques, où les chevaux, aveugles momentanés, font, tournant toujours vers un butin invisible, monter l'eau dans les réservoirs. sortie en pleine campagne.
Saint-Mandé, Vincennes diminuent un peu la charge, en gardant quelques centaines de voyageurs. Ceux qui restent, quand se présente un train en sens inverse, envoient, de la main, des baisers aux femmes et disparaissent bientôt, engloutis sous les tunnels, entourés de vapeur, plongés dans une ouate de ciel mythologique dont les déesses auraient des ombrelles-cannes.

Habillées de briques roses, coiffées d'ardoises, en casseuses d'assiettes, les coquettes constructions glissent à droite et à gauche de la route. On entrevoit le fleuve à Nogent et le tapis de la plaine,


C'est Joinville, — Joinville, chef-lieu oriental du canotage. Le pendant de Bougiyal.

Le train s'éloigne. La petite gare en bois découpé, à l'instar d'un chalet suisse, paraît on ne
peut mieux en harmonie avec les futilités de l'endroit.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1900-1910
commenter cet article

commentaires

Marie Christine 27/08/2011 11:13


c'était toute une expédition à l'époque, que d'aller pique niquer à la campagne avoisinante !


Présentation

  • : Le blog de ancetres-metiers-conditions.over-blog.com
  • : Métiers ignorés, oubliés. Conditions de vie début 1900. A force de me documenter pour la généalogie , j'ai eu envie de partager mes découvertes sur la vie de nos ancêtres
  • Contact

Compteur

Recherche

Catégories