Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 15:47


La Bellevilloise fut fondée en 1877 par 20 ouvriers dont 18 mécaniciens employés dans les maisons Cornély et Barriquand.
Voici les noms de ces précurseurs auxquels la Coopération bellevilloise doit son superbe mouvement.
Christophe (Benoît), Dutard (Jules), Gallet (Aristide), Lecomte (Jean-Baptiste),
Martel, cordonnier, Vandenaker (Amédée), Thierry (Adolphe), Petit (Christophe),
Masson (Alexandre), ' Vauthier (Gustave), cordonnier, Macé,Schaaf, Poupet, Gougeon, Edaine,Millard (Auguste),  
Ils s'installèrent au n° 16 de la rue Henri-Chevreau. Ceci fut fait à peu de frais et le travail fut effectué gracieusement par les nouveaux associés. Il devait en être ainsi, car l'apport se composait d'une centaine de francs péniblement amassés
Le local de répartition n'ouvrait que le soir, et seulement deux fois par semaine, une fois la journée de travail terminée à l'atelier; car il ne fallait pas songer à rétribuer un employé
avec les maigres ressources dont disposaient les nouveaux associés. leurs actes; elle a été Aucun travail important, aucune transformation n'ont été décidés sans que les ressources nécessaires n'existent.


L'ouverture de la répartition eut lieu le 21 janvier 1877 moyennant un loyer de 225 francs par an.
La première commande, comprenant les marchandises que l'on allait vendre, était composée de la sorte :
2 pièces de vin rouge; .
15 kil. d'huile;
25 litres de lentilles;
25 litres de haricots;
25 litres haricots boulots;
1/2 caisse de macaroni;
1/2 caisse de vermicelle.
C'est avec ces quelques produits qu'allait s'ouvrir la société La Bellevilloise qui devait, par la suite, faire 5 millions d'affaires par an, posséder plusieurs immeubles et près de 800.000 francs de capital collectif, près de 200 employés occupés d'une façon permanente.  

Le matériel fut fourni gracieusement par les coopérateurs : un pupitre, des balances et des poids; la vente fut, pour la première journée, de 111 fr. 90; le 23 janvier de 35 fr. 60,
Les cotisations comprenaient les versements faits hebdomadairement par les coopérateurs pour composer un capital formant le fonds de roulement. Les premiers paiements
furent : Sacs en papier Liqueurs Boîte à café  

Devant ce premier résultat le Conseil d'administration qui se réunissait seulement le mercredi, décidait d'augmenter le nombre des articles en magasin; il achète : 3 briques de savon;
6 douzaines de saucisses; 3 kil. de saucisson de Lorraine; 4 kil. de riz; 2 vessies de saindoux;
2 jambons; 6 paquets de bougies. Enfin, les ménagères allaient pouvoir trouver à la Coopé-
rative un peu plus de denrées nécessaires à leurs besoins journaliers.

Succès inespéré, 100 francs de plus de recette que la semaine précédente. Les articles d'alimentation furent augmentés comme nombre et d'une façon continue; les semaines sui-
vantes devaient voir progresser le chiffre d'affaires.

Les camarades du « Sou de la candidature ouvrière », qui s'étaient intéressés à la Société naissante, étaient d'avis de réserver tous les bénéfices résultant des opérations, à la pro-
pagande  politique, afin de conquérir des sièges électoraux. Les administrateurs, par contre, étaient d'avis de ristourner aux sociétaires le trop-perçu, sentant instinctivement que
c'était là une condition nécessaire de succès.

Le 24 octobre 1878, les statuts de la Société furent légalisés et elle eut enfin une constitution légale. L'action était fixée à 50 francs, sans intérêt.



Partager cet article

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1800-1900
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de ancetres-metiers-conditions.over-blog.com
  • : Métiers ignorés, oubliés. Conditions de vie début 1900. A force de me documenter pour la généalogie , j'ai eu envie de partager mes découvertes sur la vie de nos ancêtres
  • Contact

Compteur

Recherche

Catégories