Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 20:46

Un peu d’histoire de la broderie

L'une des premières villes de France où l'on se soit occupé de la broderie est Saint-Quentin. La situation de la broderie à la main y était très prospère au commencement du xix" siècle et jusqu'en 1848 : le commerce de la broderie pouvait s'estimera 8 millions de vente annuelle, et occupait 10,000 ouvrières brodeuses. A ce moment, par suite de causes complexes, survient une crise terrible. C'est, tout d'abord, l'entrée en France des broderies exécutées en Suisse, à l'aide de machines dites « métiers suisses », machines à broder à bras, inventées par Heilmann, — puis c'est la guerre de sécession qui amène la stagnation forcée des affaires aux Etats-Unis, et, par suite, la fermeture du marché américain ; c'est enfin le sénatus-consulte de 1866 qui inaugure eh France le régime du libre-échange et ouvre nos portes à la Suisse. 'L'industrie de la broderie à Saint-Quentin était à peu près ruinée. C'est alors qu'un industriel Saint - Quentinois, Hector Basquin, résolut d'introduire en France les métiers suisses et de concurrencer ainsi les étrangers ; la première machine commença à-fonctionner le 2 janvier 1868 : il y a actuellement en 1909 4 à 5,000 métiers à broder, faisant vivre une population ouvrière de 15,000 âmes.

 

Les 2 genres de broderie mécanique en France au début 1900

 

La broderie blanche.

Le genre de broderie que l'on fabrique, surtout dans le rayon de Saint-Quentin, c'est la broderie pour linge, dite « broderie blanche ». Le travail est exécuté en « bandes » ou en « laizes » destinées à être appliquées sur le vêtement qu'on veut orner pantalons, cheminées, etc.

 

La broderie chimique.

Tout autre est le mode d'exécution de la broderie chimique, qui se fait surtout à Caudry et dans les environs. Les motifs de cette broderie sont exécutés en coton sur fond de laine ou de soie ; en plongeant le tissu brodé dans un bain alcalin de composition chimique, celui-ci ronge et détruit les fibres animales du fond (laine et soie) sans altérer les motifs de coton, qui paraissent ainsi sans fonds (on peut ainsi Introduire la broderie dans un four : le fond est brûlé, tandis que la broderie est respectée.

LES TRAVAILLEURS DANS L'INDUSTRIE DE LA BRODERIE MÉCANIQUE.

Différents ouvriers et ouvrières sont employés dans la broderie mécanique depuis le moment où le tissu uni est donné à l'ouvrier jusqu'à celui ou il le remet aux mains du patron.

C'est tout d'abord le brodeur, qui guide d'une main le pantographe en suivant les indications du dessin et qui, de l'autre main, fait tourner la manivelle qui commande les chariots porteurs d'aiguilles.

Enfileuse d'aiguilles, (maintenant remplacée par une machine spéciale) qui surveille la marche régulière du métier. Dans la broderie chimique, le navetteur, qui remplace les bobines dont le fil est épuisé.

La découpeuse, chargée de couper les fils qui se trouvent entre chaque motif de broderie, à l'envers du tissu brodé.

La raccommodeuse, chargée de réparer les fautes commises par le brodeur pendant son travail.

 

Salaires.

Dans la. broderie mécanique, de nombreuses dépenses sont mises à la charge des ouvriers : les travailleurs à domicile (et c'est, pour la broderie blanche, la grande majorité) sont propriétaires de leur métier dont le prix varie de 2,000 à 4,000 francs, (dans la broderie chimique le prix du métier varie de 4,400 à 8,000 francs) et de l'enfileuse mécanique (de 500 à 800 francs). L'ouvrier paie ces métiers au moyen d'échéances mensuelles par des retenues sur son salaire, C'est ensuite, à la charge de l'ouvrier, les frais d'entretien du métier, et dans la broderie chimique, les frais de la force motrice nécessaire à la marche du métier. L'ouvrier doit aussi supporter l'achat du coton, l'entretien des enfileuses (1 à 2 francs par jour], et des raccommodeuses (1 fr. 50 à 2 fr. 50 par jour)> l'ouvrier supporte enfin des amendes pour malfaçons ou retards de livraison. Tous ces frais mis à la charge des ouvriers étant déduits, il n'en reste pas moins que, dans l'industrie de la broderie mécanique, en broderie blanche comme en broderie chimique, le taux des salaires moyens des brodeurs est généralement supérieur à celui des ouvriers des autres industries. Le façonnier à domicile qui travaille à des articles de blanc arrive facilement à un salaire brut moyen de 8 à 9 francs par jour, et son salaire net oscille entre 5 et 6 francs ; quant au façonnier de nouveautés, il pourra arriver à un salaire net d'au moins 7 francs. Et les salaires payés en ville présentent sur les salaires ruraux une augmentation de 1 fr. 50 à 2 francs.

 

Travail à domicile.

En dehors de ces salaires assez rémunérateurs, l'industrie de la broderie mécanique présente cet avantage, gros de conséquences sociales, de permettre à l'ouvrier le travail à domicile. Le brodeur qui dirige le pantographe et actionne les charriots porteur d'aiguilles, est le père de famille : il est aidé dans sa tâche par sa femme et ses enfants. Ainsi chez là plupart dés brodeurs dans l'arrondissement de Saint-Quentin, on ne constate aucune inconduite, tous passent pour d'excellents ouvriers, au point de vue professionnel et au point de vue familial.

Partager cet article

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans métiers
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de ancetres-metiers-conditions.over-blog.com
  • : Métiers ignorés, oubliés. Conditions de vie début 1900. A force de me documenter pour la généalogie , j'ai eu envie de partager mes découvertes sur la vie de nos ancêtres
  • Contact

Compteur

Recherche

Catégories