Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du passé

Métiers, salaires, conditions de vie , vêtements, alimentation etc. au cours de ce passé riche de découvertes ! Top 1 des mes articles lus : le certificat d'études, l'école, les bébés Top 2 les logements et salaires Top 3 les métiers N'hésitez pas à me laisser des commentaires, je répondrais avec joie

marché de Colmar 1930

Un jour arrive dans la semaine où la Ville se définit. Le mercredi, depuis la première pointe du matin qui s'annonce dans l'est, des hommes nouveaux entrent dans les murs ; c'est une rumeur de sabots et de moteurs, de coups de fouets et d'appels. Quand le jour naît, la ville est occupée : les fermiers sont venus avec leurs animaux, leurs voitures et leurs femmes ; ce sont des hommes vêtus d'épais vêtements de velours et de peaux de chèvre en hiver ; leurs souliers se posent sur l'asphalte avec la même certitude que sur le sol mou de leurs champs. Leurs femmes qui ont ce teint brûlé, ce filet de rides sur le front et les tempes, au coin des lèvres, de 

toutes les femmes de la terre, portent des chapeaux noirs avec des perles de jais, des paletots de chèvre noire ou de caracul (le caracul est fourni par des agneaux qu'on recouvre d'un maillot de feutre dès leur naissance ) , des bottines boutonnées. Ainsi, ils arrivent de leurs villages et de leurs bourgs dans de grosses Renault à carosserie commerciale, chargées de cageots de poulets, de sacs et de produits, ou d'une vache, d'un bœuf, de cochons ou de veaux. Dans ce pays de paysans riches qui travaillent leurs terres avec des valets à l'année et des journaliers saisonniers, les voitures à chevaux cèdent la place aux moteurs : il faut aller dans les pays de sol pauvre et de petite propriété pour voir encore s'aligner sur les places et les ruelles, dans la cour des auberges les forêts de brancards des charrettes rurales, mais sur les foirails de ces gros pays, il y a des alignements d'autos : les postes d'essence qui se dressent à la porte des garages et des cafés et des épiceries de village ne se sont pas seulement bâtis pour les bourgeois en vacances et les voyageurs en tournée. Etc.…

Le Point (Colmar)

1938/06 (A3)

Page 126

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article