Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 18:49

Début XVIII ème  siècle PARIS

Un grand nombre de charbonneries se sont établies à la barrière Pigalle ; à chacune
de ces charbonneries est ; attaché un, homme de confiance que l'on appelle le peleur, parce que
c'est lui qui, armé d'une pelle, est chargé de remplir les sacs que chaque messager noir va
porter à leur destination. En outre de sa paie, le peleur a un singulier profit, dont l'usage a fait
un droit. Chaque charbonnier lui doit un canon à chaque sac qu'il vient chercher ; et comme il
serait impossible an peleur de se déranger à tout instant pour aller boire ce canon; que d'ail-
leurs il lui serait assez difficile de les absorber tous, puisque le nombre des sacs qu'il emplit se
monte à cinquante ou soixante par jour, le charbonnier, dès qu'il a endossé son sac, entre chez
le marchand de vin qui a la clientèle de la maison , et fait marquer sur une tuile ad hoc une
barre qui représente le canon au peleur. Chaque fois que celui-ci va boire un verre de vin,
une barre est effacée ; et, à la fin de la journée, le peleur règle son compte avec le marchand
de vin, avale l'arriéré, ou l'emporte chez lui converti en bouteilles.

Partager cet article

Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans métiers
commenter cet article

commentaires

Marie Christine 03/08/2011 10:37


pas mal cette pratique !


Présentation

  • : Le blog de ancetres-metiers-conditions.over-blog.com
  • : Métiers ignorés, oubliés. Conditions de vie début 1900. A force de me documenter pour la généalogie , j'ai eu envie de partager mes découvertes sur la vie de nos ancêtres
  • Contact

Compteur

Recherche

Catégories