Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du passé

Métiers, salaires, conditions de vie , vêtements, alimentation etc. au cours de ce passé riche de découvertes ! Top 1 des mes articles lus : le certificat d'études, l'école, les bébés Top 2 les logements et salaires Top 3 les métiers N'hésitez pas à me laisser des commentaires, je répondrais avec joie

Histoire d'un"sénior" à la recherche de travail début XXème

 

Comme quoi le problème des seniors ne date pas de maintenant!!

Cheveux gris à la recherche d'une place.

Un importateur de New-York, jadis riche, de bonne famille, parcourt aujourd'hui la grande ville, un attirail d'homme sandwich suspendu à ses épaules. Cet homme pourtant est bien constitué et parait Intelligent. A qui le questionne, il répond qu'il a eu « des malheurs », qu'il a perdu tout ce qu'il avait, et qu'il n'a pu trouver de situation à cause de ses cheveux gris.

« Homme sandwich, ajoute-t-il, est le seul métier qu'il me soit loisible d'exercer. Je ne sais pas mendier et ne voudrais pas emprunter. Dans ma jeunesse, j'étais associé avec mon grand-père dans une grosse maison de denrées coloniales à Londres. J'allai aux Etats-Unis, où je m'établis pour mon compte, à New-York d'abord, puis à Chica-
go. Mais les méthodes différentes auxquelles je dus me faire, jointes à d'autres causes, me firent perdre toutes mes économies. J'ai dépassé la cinquantaine, je sut» vigoureux et actif, je me sens jeune comme à vingt ans, et voyez où j'en suis! Mon dernier patron ayant pris son fils comme associé, et la maison ne pouvant nous garder tous, je dus
m'en aller. Mais quelle ne fut pas ma surprise, d'être accueilli à toutes les portes où je frappai pour y trouver de l'ouvrage, par cette réponse: Vous êtes trop vieux! ? Nous demandons des jeunes hommes. Cinquante ans et des cheveux gris n'ont, paraît-il, plus droit de cité Dans ce monde, à cette heure. Toutes les annonces qui paraissent dans les journaux demandent « des jeunes gens » ; et pourtant, je voudrais bien pou
voir me mesurer un jour avec le meilleur d'entre eux! Enfin, découragé, je me tournai vers le propriétaire du restaurant où je dînais autrefois, il m'offrit le logis et le couvert ainsi qu'un peu d'argent de poche pour faire à son établissement de la réclame au moyen de cet écriteau. Quand j'entre dans le restaurant, je baisse la tête, car j'y
rencontre souvent mes anciens clients. »

Tiré du livre édité à Genève : Employé exceptionnel, ou l'Art de bien comprendre ses devoirs, de se rendre indispensable et de faire son chemin

Même le titre est étonnant

Auteur :

Date d'édition :

1914Marden, Orison Swett
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> eh ben ! rien n'a changé en ce bas monde ! c'est ahurissant ! la roue tourne, et on arrive toujours aux mêmes choses !<br /> <br /> <br />
Répondre