Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 08:36
embarras-parisiens-1900.JPG
En vingt-quatre heures il passe en moyenne : de 8000 à 43000 voitures et 9000 à 54000 chevaux dans Paris en 1902 (la rue de Rivoli arrivant en tête)

3 blessés par jour en moyenne et une personne tuée tous les 2 jours
 
le service des secours publics opère, surtout aux carrefours du Printemps, de Châ-
teaudun, du faubourg Montmartre, des Halles, de la rue Saint-Denis, près le Châtelet, de la gare de l'Est, etc. Le Parisien s'est vengé de ces quartiers maudits en leur décernant le sobriquet de « carrefours des écrasés » et ils persistent à justifier l'appellation.
Une administration prévoyante a dû s'inquiéter de cette nervosité périlleuse de la rue et tenter de canaliser « l'écrasoir ». Voici longtemps que des projets de ponts aériens et de passages souterrains ont été présentés à la Ville de Paris, mais combattus par les Parisiens, jaloux de l'esthétique de la rue, qui se contentent de rejeter toute la responsabilité des embarras incessants sur la Préfecture de police. Celle-ci, mise en demeure d'agir, est allée se documenter à l'étranger, et de chez nos voisins d'outre-Manche elle a rapporté l'institution de la brigade d'agents au bâton blanc. C'est alors aux carrefours dangereux toute une stratégie savamment protectrice, compliquée de coups de sifflet, de mouvements aspirants et refoulant du bâton blanc, accompagnés du débarquement de piétons par paquets ahuris
charette à vin 1900
 
Le gros souci: ce sont les encombrements des trottoirs par le marchand de faïences, le marchand de vins, l'emballeur, le drapier, l'épicier, le fruitier, le parfumeur, le gargotier; ce sont les kiosques à journaux et à fleurs, les colonnes Morris,
les limonadiers et autres commerçants de plein air les bascules ou distributeurs automatiques, les motifs lumineux, les boîtes-bornes postales, les chalets de nécessité
Le camelot, l'homme du boniment à jet continu, qui écoule aux terrasses des cafés les rossignols littéraires d'un nombre infini de pages pour o fr. 50, le jouet du jour pour o fr. 10, le résultat complet des courses, le journal du soir, le plan de Paris, des cartes postales illustrées; celui qui, après avoir tracé à la craie sur le trottoir des signes cabalistiques pour assembler la foule, après avoir annoncé un tour de prestidigitation extraordinaire qu'il ne réalisera jamais, débite un petit article, véritable cadeau, vendu partout 25 francs, et qu'il cède, lui, non pas pour 5 francs, pas pour4, pas pour3, pas pour 2

Mais on n'est pas seulement bousculé dans les rues de Paris, on y est assourdi. Le vacarme se déchaîne sans trêve, depuis les premières lueurs du jour jusque bien avant dans la nuit.

l'évolution économique a tué le plus grand nombre de ces pittoresques, mais gênants et bruyants marchands d'encre, rémouleurs, marchands de coco, de casquettes, de plaisirs, d'oeufs, de billets de loterie, de chiffons, de poissons et de carottes, d'huîtres à l'écaillé, d'images et de balais, d'oranges etc D'ailleurs ces cris se perdraient dans le tohu-bohu des voitures, des tramways, des charrettes et des automobiles.

Les cyclistes, qui se contentaient jusque-là de petits grelots ou de timbres menus, jugèrent plaisant d'adopter la trompe retentissante et de lui faire rendre des sons étourdissants, voire même d'emprunter le rythme traditionnel du matériel des sapeurs-pompiers. Les tramways à leur tour ayant adopté la traction mécanique furent dotés de timbres, de cloches, d'instruments divers et assourdissants. Les fiacres caoutchoutés eux-mêmes, espoir de nos velléités de repos, reçurent l'ordre de porter des sonnettes aiguës obéissant aux moindres mouvements du noble coursier qui les arbore à son harnais.

Et voilà comment le formidable charivari de la rue ajoute un nouveau danger pour tout Parisien qui se hasarde à faire à pied quelque course, dans les rues nous n'osons dire à se promener, il faudrait être aliéné pour y songer.

Texte de G-R Vèze

 

La marchande de 4 saisons
marchandes des 4 saisons 1900

Partager cet article

Repost 0
Published by ancetres-metiers-conditions.over-blog.com - dans 1900-1910
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de ancetres-metiers-conditions.over-blog.com
  • : Métiers ignorés, oubliés. Conditions de vie début 1900. A force de me documenter pour la généalogie , j'ai eu envie de partager mes découvertes sur la vie de nos ancêtres
  • Contact

Compteur

Recherche

Catégories