Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du passé

Métiers, salaires, conditions de vie , vêtements, alimentation etc. au cours de ce passé riche de découvertes ! Top 1 des mes articles lus : le certificat d'études, l'école, les bébés Top 2 les logements et salaires Top 3 les métiers N'hésitez pas à me laisser des commentaires, je répondrais avec joie

Papillotes en chocolat fin des années 1930

Les papilloteuses en 1936

Plus de 120 tonnes de papillotes sont fabriquées pour que les gérants du Casino soient partout bien approvisionnés et réalisent de belles ventes à la chocolaterie du Pont-de-l 'âne (Saint Etienne).
. Ce ne sont, de tous côtés que bonbons, chocolats, fruits, malakoffs, envol de ces prestigieux papiers rouges, verts, blancs, bleus et dorés qui, dans quelques semaines, vont remplir tant de petits souliers et de mignonnes pantoufles.

 

(Les malakoffs sont composés d’un intérieur crème, praliné ou pâte pistache.
Les intérieurs sont d'abord trempés dans la couverture et ensuite roulés dans des amandes cassées. )

 Et combien y a-t-il de papillotes dans chaque sac ?
90 à 100 papillotes par kilo., c’est-à-dire de 23 à 25 dans le sac de 250 gr. et 45 à 50 dans les sachets de 500 gr.

Dans la qualité dite « fine » (papiers de couleurs unies), nous trouverons des pâtes de fruits et des pâtes de coings, des fondants candis, des boules crème et des gelées de fruits.

Les papillotes « chocolat » seront garnies avec des intérieurs pralinés, crème ou nougat, et avec des malakoffs.
Les « cosaques » seront composées avec une prédominance sensible de chocolat, et... un pétard.
Ces deux dernières qualités sont enveloppées dans des papiers de deux couleurs.

 

La qualité « extra » où l’on retrouve les crèmes, les pralinés, les pâtes d’Auvergne, les nougats et les malakoffs, comprend, en plus des fondants au fruits et des fondants fourrés, bonbons spéciaux, délicieux, fabriqués à la main suivant toutes les règles de la vieille confiserie « maison ».
Ces dernières papillotes sont revêtues de papiers couleurs vives, portant une impression en argent.

Prix en magasin en décembre 1939 : de 4.75 à 6.75 francs le sachet de 250 grs (soit 2.40 à 3.40 euros)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article