Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du passé

Métiers, salaires, conditions de vie , vêtements, alimentation etc. au cours de ce passé riche de découvertes ! Top 1 des mes articles lus : le certificat d'études, l'école, les bébés Top 2 les logements et salaires Top 3 les métiers N'hésitez pas à me laisser des commentaires, je répondrais avec joie

Anthophage ou manger des fleurs

Début 1900, une société nouvelle de mangeurs de fleurs est née, considérée comme excentrique : l’ anthophagie ou l'art de se nourrir de fleurs. 


En France, malgré la délicatesse de notre goût, nous avons l'habitude de laisser les fleurs aux abeilles ou papillons, qui, mieux que nous, savent apprécier ces ragoûts poétiques et légers. 

Découverte pour moi.
Texte de 1904 par F. Barthélémy.


Peu d’adeptes en France où les fleurs trônent pour le plaisir des yeux dans les jardins ou en vase

En Angleterre, où les anthophages ont cherché à implanter ce genre d'alimentation , peu d’adeptes aussi.


Aux États-Unis d'Amérique on a essayé, avec plus de succès, de mettre à la mode les diners de fleurs ; Flower dîners, dans lesquels tous les mets sans exception, depuis le potage et les hors-d'œuvre jusqu'aux plats divers et aux desserts, étaient remplacés par des fleurs en purée, fleurs frites, fleurs cuites, fleurs en salade, fleurs confites, fleurs en gelées, en compotes, fleurs accommodées de cent manières différentes ; voilà le menu de ces diners légers et parfumés, plus poétiques que substantiels.

Parmi les plats préférés , on cite le potage au myrte, le pâté de fleurs de potiron, la salade de nasturium (genre cresson des fontaines) ou de chèvrefeuille, enfin les glaces aux lilas, à la rose ou à la violette de Parme .

Citons aussi dans divers pays :

Les fleurs du robinier blanc, désignées le plus souvent, quoique bien à tort, sous le nom d'acacia.  on en fait de fort appétissants beignets.

Les fleurs de la capucine grande servent à orner les salades, auxquelles elles communiquent de plus un goût assez agréable.

Les belles fleurs bleues de la bourrache s'emploient également, soit seules ou associées à celles de la capucine et pour les mêmes usages.

Les fleurs du Yucca gloriosa sont blanches, pendantes en forme de tulipe,on les consomme soit seules, en salade, ou associées avec un légume employé à cet usage ; elles communiquent à l'ensemble un léger mais agréable goût de noisette.

Les familles les plus diverses des plantes fournissent des espèces aux fleurs comestibles. C'est le « Nymphéa lutea » ou nénuphar jaune, si commun sur nos étangs, dont les fleurs fraîches écloses, au parfum subtil et délicat, sont utilisées dans l'Est de la France pour ]a confection de certaines confitures d'une saveur exquise.

Les chrysanthèmes, originaires du Japon, produisent des fleurs magnifiques
dont les Japonais utilisent les pétales pour préparer des salades comme de simples
laitues, après les avoir fait tremper dans l'eau. C'est un mets vraiment populaire.

En novembre et en décembre, on peut voir chez tous les marchands de légumes, au
Japon, des bottes de ces fleurs lavées et étalées avec soin. Les variétés à fleurs jaune
foncé sont, paraît-il, les plus appréciées.

Il existe aussi un arbrisseau de l'Europe méridionale, le câprier commun, rustique en province où sa culture est assez répandue, produit en abondance de nombreux boutons floraux qui, cueillis jeunes, avant leur épanouissement, et confits au vinaigre, sont ensuite livrés au commerce sous le nom de « câpres ».

Et parmi les substances aromatiques employées dans l'assainissement des mets le clou de girofle n'est autre chose que le boulon floral préalablement desséché du giroflier, myrtacée aromatique originaire des Moluques.

L'anis étoilé, qui n'est rien autre chose que l'ovaire de la fleur non encore fécondée, mérite de prendre place parmi les fleurs utilisées. Citons aussi l'agave, dont le bourgeon floral coupé laisse écouler en abondance un liquide sucré et fermentes cher aux habitants du Mexique : il y a encore les innombrables fleurs employées en pharmacie pour la préparation des tisanes.

Grâce aux bourgeons floraux de l'arbre à thé, dont on a commencé l'importation en France, on peut obtenir un breuvage parfumé possédant toutes les qualités de l'infusion des feuilles de thé sans en présenter aucun des inconvénients.


Dans le domaine de la confiserie, les fleurs triomphent sans conteste pour la préparation des bonbons, des liqueurs et boissons aromatiques.

Les pétales de fleurs d'oranger, à fruit doux ou amer, ainsi que celles des citronniers, entrent dans la composition d'excellentes confitures digesfives et la préparation de l'odorante eau de fleurs d'oranger dont les précieuses propriétés calmantes sont utilisées pour l'hygiène.

Les violettes, les roses, les jasmins, le nénuphar jaune, etc. servent à préparer des confitures parfumées. Leurs pétales, une fois confits ou pralinés, forment des confiseries exquises très recherchées.

L’arôme des fleurs est largement utilisé pour la confection des liqueurs, soit par macération ou distillation, ou pour parfumer des bonbons, crèmes, glaces, etc.

Certaines fleurs possèdent des propriétés colorantes qui, comme le safran, extrait du crocus salivas, est utilisé en cuisine pour colorer aussi bien que pour aromatiser  certains mets.

Mais c'est dans les pays exotiques, où les fleurs comestibles sont plus nombreuses que chez nous, qu'elles servent à varier agréablement les menus. Par exemple, en Chine, on parfume les potages avec les fleurs d'une sorte de  belle-de-jour,  Tous les ans le seul port de Chine expédie 500 tonnes dans tout le reste de la Chine. 

Le Colloginum pousse aux environs de Lahore, dans des lieux très arides : il forme
un arbrisseau touffu de 1 m. 50 à 2 mètres au port très irrégulier. Il couvre d'im-
menses espaces. Les feuilles apparaissent en février, et les fleurs en mai. Ce sont de
petites fleurs rose rouge, émettant une odeur agréable, mais assez capiteuse et
rappelant la fraise mûre ; elles se gonflent bientôt, saturées de sucre, et puis se
vident et ressemblent à des figues sèches.

Les Hindous mangent ces fleurs mélangées à la farine ou avec des viandes rôties.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article