Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par ancetres-metiers-conditions.over-blog.com

1946, une famille ouvrière de la banlieue parisienne : le père, la mère, cinq enfants.

Le père travaille dans une fonderie. Il gagne 9.520 francs par mois.

La fille aînée, Fernande, dix-sept ans, travaille à la maison pour une couturière à 11.90 de l'heure: 1.800 francs chaque mois. Soit 151 heures par pois

Pierre, d'un an plus jeune, est apprenti ébéniste et, à 8 francs de l'heure, gagne 1.200 francs. Soit 150 heures par mois

Les trois plus petits, quatorze, douze et dix ans vont à l'école et n'émargent qu'au chapitre « dépenses » du budget familial.

Sept personnes peuvent-elles vivre avec 12.520 francs par mois ?

Sans parler du loyer. (mes grands parents arrivés à Vincennes en 1946 suite à leur exode obligé payaient un loyer de 400 francs , 2 pièces cuisine sans WC, ni salle de bains à 5)

Cela faisait parti des loyers de 1946

Sans connaître ces chiffres précis, toute ménagère sait bien que ces commerçants se réservent des marges bénéficiaires excessives. La nôtre le sait aussi, et c'est pourquoi elle taillera elle-même les robes et les blouses de ses filles.
 

Prix de légumes

Malgré leur abondance les légumes sont toujours très chers. En cette arrière-saison surtout, où les prix atteignent, en moyenne au kilo, 25 francs pour les tomates et les carottes, 30 francs pour les haricots en grains, 70 francs pour les haricots verts. Le raisin se vend 70 francs, les poires 80 francs. Quant aux pommes de terre, les spéculateurs ont réussi ci mauvais coup. en les raréfiant, de les porter à 14 francs le kilo et de forcer les ménagères à faire la queue.

Prix de la viande

Rosbeef à 175 francs les 500 grammes, le tendron de veau 130 les 500 grammes

Prix de la vaisselle


Et d'abord, avant de songer à les emplir, il faut des assiettes. Presque introuvable pendant la guerre, elles s'offrent maintenant en cohortes serrées à la ménagère. Mais celle-ci reste indécise : une assiette ordinaire coûte de 25 à 30 francs, et de même un bol. dans la même faïence, 100 francs pour un saladier, 400 francs pour une série de cinq jattes, 50 francs pour le moindre plat. Comment ne pas hésiter à payer aussi cher des objets si fragiles ?

Il ne faut pas seulement nourrir petits et grands. Il faut aussi les habiller.

Santé


Malgré des soins attentifs, la maladie peut se glisser au foyer. Il faut alors en passer par les exigences des trusts de la pharmacie. Peur ne prendre que deux exemples bien, connus, les sirops, dont le prix de revient industriel est de 11 francs au maximum, sont vendus de 45 à 55 francs. Les produits en poudre pour les soins de l'estomac, qui industriellement reviennent au
maximum à 8 francs, sont vendus entre 35 et 50 francs. Joli bénéfice !


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article