Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du passé

Métiers, salaires, conditions de vie , vêtements, alimentation etc. au cours de ce passé riche de découvertes ! Top 1 des mes articles lus : le certificat d'études, l'école, les bébés Top 2 les logements et salaires Top 3 les métiers N'hésitez pas à me laisser des commentaires, je répondrais avec joie

Greve des transports en France 1910

les voies de gare du Nord vides

Un peu toujours d'actu !!

Ils réclament une augmentation générale des salaires, la rétroactivité de la retraite, la réglementation du travail et le repos hebdomadaire. En juillet 1910, leurs revendications se traduisirent en cinq mots : « la journée de cinq francs », et même en ces trois plus explicites: «nos cinq francs , - la «thune , comme ils disent.

Des conflits à ce sujet à Tergnier, puis à Calais, et la révocation du secrétaire d'un
de leurs groupements, les avaient surexcités, ces temps derniers, quand de nouvelles contestations sur les heures supplémentaires et ce minimum de cinq francs par jour,
; Au dépôts de la Chapelle et de la Plaine Saint-Denis, bientôt suivies d'un chômage des
cokeriers , vinrent précipiter leurs  résolutions.

Les cheminots du Nord abandonnèrent leur travail ; le cri général fut, parmi les mécaniciens et les chauffeurs:, et la gare du Nord, suivant l'expression de l'un d'eux, se trouva presque immédiatement vide 

Et ce fut, quelques heures après, l'arrêt sur le Nord, l'arrêt définitif sur l'Ouest-Etat et
des tentatives sur le P.-L.-M., sur l'Orléans. A la gare Saint-Lazare, au lieu de centaines
de trains de banlieue, il n'en put partir qu'une dizaine, et, bientôt, tout sera fermé
comme celle du Nord,

pour éviter les manifestations des voyageurs, obligés de regagner un logis souvent lointain par des moyens de fortune, et, la plupart, à pied. De malheureuses Midinettes durent regagner pédestrement  Asnières ou Colombes.

Gare du Nord. Les communications étant interrompues, des automobiles prennent des voyageurs pour Bruxelles (350 francs par personne).

Un automobile des postes transportant des sacs de lettres, sous la protection d'un soldat.



Diverses tentatives pour débaucher le personnel du Métro échouèrent, el fort heureusement, car son adhésion eût ajouté grandement au désarroi de cette vie parisienne si intense, si laborieuse el qu'il est criminel d'arrêter, fût-ce un instant.

Cette paralysie des voies ferrées, pendant plusieurs jours a jeté des perturbations dans l'existence de la grande capitale. Cette perturbation fut partout. Pour ne pas cesser le service gigantesque qui lui incombe, la Poste fut obligée de mobiliser les autos par centaines el de faire prendre aux millions de lettres qu'elle transporte quotidiennement des itinéraires imprévus.


Et même la question du pain fit-elle un instant l'objet des préoccupations gouvernementales, Les boulangers parisiens ne sont plus re approvisionnés que pour une quinzaine
de jours. Il fallut donc aviser, un plan général de ravitaillement par eau et par la
voie de terre fut élaboré au cas où la grève eût persévéré.

Compagnie de l'Ouest-Etat. - Une sentinelle protégeant une affiche: : L'Administration ne garantit pas les départs. 

Plein d'infos sur la revue . Le lien :
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5622878b

 

et beaucoup de sites sur le sujet
 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article