Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog du passé

Métiers, salaires, conditions de vie , vêtements, alimentation etc. au cours de ce passé riche de découvertes ! Top 1 des mes articles lus : le certificat d'études, l'école, les bébés Top 2 les logements et salaires Top 3 les métiers N'hésitez pas à me laisser des commentaires, je répondrais avec joie

Alerte des conséquences de la grippe dans une revue de 1957

Cela date ! mais changement ????

 

Il convient d'insister sur le fait qu'une épidémie de grippe a des conséquences économiques et sociales considérables.

Si l'on songe aux pertes en vies humaines, aux perturbations apportées
dans les services publics et privés, à la fermeture de certaines usines, aux
heures de travail perdues qui viennent s'ajouter aux frais médicaux et
pharmaceutiques, on comprendra facilement qu'une épidémie de grippe
coûte à un pays des sommes qu'il est difficile de chiffrer mais qui sont
certainement très élevées.

L'hospitalisation des grippés pose des problèmes fort difficiles à
résoudre, le nombre de personnes contractant la grippe dans le même
temps dépassant les disponibilités hospitalières. L'hospitalisation doit être
réservée aux cas graves. Les cas légers ou de moyenne intensité seront
soignés à domicile d'autant plus que le séjour en salle commune est un
facteur d'aggravation.

Les travaux de L. Martin et F. Bezançon ont établi que le grippé conva-
lescent n'est plus contagieux. Ce fait ne doit pas faire négliger, chez les
grippés toujours exposés à des récidives graves, les soins de la convales-
cence, mais il est important à connaître parce qu'il peut permettre en
temps d'épidémie de créer des places libres dans les services de contagieux
en envoyant les convalescents dans des hôpitaux régionaux, dans des
camps ou à la campagne.

Bien d'autres questions d'ordre économique ou social se posent et, en
premier lieu, celle du ravitaillement en médicaments. Il appartient aux
pouvoirs publics de soutenir les efforts individuels, de les coordonner, de
les compléter.

*
* *

Lorsqu'une épidémie de grippe menace un pays ou qu'elle l'a déjà
envahi, il convient de se garder également d'un trop grand optimisme
qui conduit à l'inaction et d'un pessimisme que rien ne justifie. Il ne faut
pas sous-estimer le danger de la grippe dont la seconde vague épidémique
est, ordinairement, grave. Il ne faut pas davantage créer une psychose
d'inquiétude. Les sulfamides et les antibiotiques dont nous disposons
actuellement ne sont pas actifs contre le virus grippal lui-même dont l'acti-
vité peut s'exalter beaucoup par passage d'homme à homme. Mais ils permettent de lutter très efficacement contre les complications pulmonaires causées par divers microbes dont l'atteinte grippale a permis le développement.

Source :Bulletin de l'Académie nationale de médecine édition du 22 octobre 1957



 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article